10 ans après le livre-choc du médecin Véronique Vasseur sur la situation dramatique de la santé en prison, une psychiatre, Christiane de Beaurepaire, vient de publier à son tour un ouvrage terrible sur son expérience de soignante en milieu carcéral. Ainsi, les prisons françaises continuent d’être des lieux de souffrance, de violence et d’atteintes à la dignité humaine malgré le travail remarquable de très nombreux fonctionnaires de l’administration pénitentiaire, de soignants et de bénévoles.

C’est ainsi que la France est régulièrement montrée du doigt par les instances internationales de protection des droits de l’homme, en Europe en particulier, pour ne pas assurer aux personnes incarcérées des conditions de détention décentes et dignes d’un pays qui n’est pourtant pas avare de leçons à donner quand il s’agit de défendre la dignité humaine dans les autres pays.

Les Franc-Maçonnes et les Francs-Maçons des Obédiences signataires rappellent leur attachement intangible au respect de la personne humaine en tout lieu et considèrent que sans ce respect, les chances de réinsertion de la personne détenue sont d’emblée gravement mises en péril.

Ce serait l’honneur de la République si le Parlement donnait enfin à la France, en 2009, un cadre législatif ambitieux pour la condition pénitentiaire et qui permette de commencer à mettre un terme à une situation qui constitue une humiliation pour toutes celles et tous ceux épris d’humanisme et de fraternité.

Paris, le 6 mars 2009